année 1
Littoral Tanger-Tétouan

Par sa position stratégique face au détroit de Gibraltar et à l’Europe, la péninsule tingitane joue un rôle géopolitique dans les relations entre les rives sud et nord de la Méditerranée.

Depuis plus de dix ans, la métropole Tanger-Tétouan est devenue une locomotive pour le développement du pays ainsi que pour son insertion dans la mondialisation des échanges, notamment grâce au développement d’infrastructures comme la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Tanger aux villes de Rabat et Casablanca, et le nouveau port de TangerMed. De plus, ce doublet tient une place importante dans l’armature urbaine nationale et ne cesse d’attirer à la fois des capitaux (nationaux et étrangers) mais aussi des migrants d’origine rurale. La proximité géographique avec l’Europe se traduit aussi par une série de phénomènes qui influent sur les dynamiques socio-spatiales (migration clandestine, commerce transfrontalier informel, spéculation foncière...). 

L’école d’architecture et les agences urbaines de Tanger et de Tétouan entendent concevoir les conditions contemporaines de cette métropole à partir de quelques clés d’entrée :

  • Une réflexion métropolitaine, notamment sur le plan du développement touristique : comment positionner la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima dans les flux touristiques internationaux ? Zone monofonctionnelle touristique versus une politique touristique métropolitaine intégrée qui construise du lien entre les deux grandes villes de Tanger et Tétouan mais également avec d’autres sites d’intérêt touristique (sites archéologiques, les montagnes du Rif, ...) au-delà de la simple fonction « plage » ;
  • Une réflexion d’aménagement et de paysage pour imaginer comment se conçoit la métropole durable : séquences urbaines entre espaces construits et espaces ouverts, la question des friches et des espaces interstitiels, le paysage et l’espace public comme architecture de ce territoire, la mobilité, valorisation des traverses entre le littoral et des axes d’arrière-pays, notamment les vallées....
  • Une réflexion services : doit-on anticiper la mutation d’un espace de loisirs en un espace plus mixte, dans lequel une part des résidences secondaires se transformeront en résidences principales (installation permanente des retraités, arrivées de nouvelles familles aisées...). Quel rôle peuvent jouer les villages dans une réflexion sur les services, etc.
  • Une prise en compte des risques liés au changement climatique (évolution du trait de côte et approche multirisques) dans le projet d’aménagement et de développement.